Relations

 

Aperçu des relations Hommes-Nesque

 

 

Présence d’eau synonyme de richesses promises, sur l’instant, et pour longtemps. Les signes et marqueurs de cette longue et intime relation abondent. Intime ou parfois brutale et… meurtrière, par exemple de nos jours.

 

En juillet 2000 le Professeur Serge Lebel, de l’UQAM, découvrit une mâchoire inférieure. Elle fut datée à 175 000 ans BP.  C’est le plus ancien fossile « humain » vauclusien, à 60 mètres de la Nesque, au-dessus de l’impétueux torrent, au Bau de l’AUBESIER ! « Un… anténéandertalien ? ». « Antecessor » me répondit Lebel, sans me préciser l’orthographe.

Cet abri sous roche a livré, entre autres, un crâne de Loutre et 2869 os et dents identifiables. L’eau n’attirait pas que l’humain !

Le Riss, avant dernière période de climat périglaciaire pour cette région, installait, sur les reliefs périphériques, une végétation steppique. Le radoucissement du climat y favorisa des prairies généreuses ouvertes, des bois de résineux et de chênes. Le gibier ne manquait pas sur les reliefs, autour de la Nesque. Aurochs – Mégacéros – Bouquetin – Thar - Cheval – Renne – Rhinocéros de prairie – Ours brun.  Enumération non exhaustive des espèces découvertes au Bau.

 

Beaucoup, beaucoup plus « récemment »…

…Bains des Romains. Sulfureux !

…Force motrice maitrisée par les moines défricheurs, cultivateurs et leurs paroissiens. Moulins à céréales sur la Nesque et ses béals depuis le… 12 ème siècle. ( ?). Jusqu’à 23 moulins. En 1875, 20 fonctionnent. En 1895 : 15. En 1945, l’électricité fait taire le dernier.

…Distilleries de lavande. 5 sur le lit du ruisseau. 3 en 2010. 2 usiniers en 2015.

 

Années 60. Captage des sources. Il fallut attendre 2010 pour avoir un arrêté préfectoral définissant un périmètre sécurisé tout autour de l’impluvium !

 

1966. Creusement et aménagement de la retenue de Malaval à Monieux afin de conduire l’eau de la Nesque vers le chantier très demandeur en béton de la Base militaire de St Christol. Creusement et redressement du lit de la Nesque pour en favoriser l’écoulement vers la retenue. Les sous berges sont détruites.  50 ans après  leur remodelage n’est pas terminé. Sur 4 km le lit est encore un conduit rectiligne, sans cachettes, un canal. Il y avait, avant le recalibrage du lit, au mètre linéaire, en moyenne, 1 à 3 truites et 10 écrevisses. Le grand carnage frappa de stupeur les 200 pêcheurs dont plus de 100 du cru. A quel saint se vouer ? 40 ans après : loi sur les mesures compensatoires !

 

1977. Bail pour la gestion piscicole entre Mairie de Monieux, Fédération Départementale des AAPPMA. Le Conseil Supérieur de la Pêche, (deviendra ONEMA), intervient, facilite, finance, conseille par ses 2 Ingénieurs Messieurs Miellot et Reyniet .

 

1979. Le ruisseau reçoit les jus chauds d’alambics. Mortalités par secteurs. Le CSP fait analyser la Nesque. La Fédération saisit le tribunal. Travaux d’extension du lac, (alors qu’on devait l’approfondir car des sources sous-alluviales sont avérées), travaux financés par fédération et CSP.

 

1981. Les pêcheurs financent aussi la reconstruction d’un lavoir municipal au moulin de la Fontaine et l’aménagent en écloserie de truitelles farios, souche médit.

 

1983. La retenue de Monieux, piège à alluvions, se comble, sa tranche d’eau diminuant se réchauffe. N, P et K, venus du lessivage des terres cultivées, enclenchent le processus d’eutrophisation. Les Cyprinidés prennent possession des lieux, Tanches, Carpes, Gardons. 2000 à 3000 hirondelles venant surtout d’Apt et Gargas, utilisent encore les roselières comme dortoir tous les soirs d’août-septembre. Grand spectacle ! Baguages d’oiseaux par le CROP et Mr Georges Olioso. La Rousserole turdoide est présente et restera une migratrice fidèle aux roselières du site jusqu’en 2010.

Des pédalos, des Cygnes, des cols verts… répondent à une demande forte de distraction et d’un certain écologisme orienté vers le lancer de croutons aux palmipèdes. Des pêcheurs-payeurs pestent et sourient peu. Le petit lac n’est pas le germe du PNR mais il devient un modèle analogique de tout ce qu’on peut tenter pour drainer ce monde, assoiffé de nature pas pénible, confortable, à quelques mètres de la caravane. Ce que les décideurs nomment, de façon officielle, et très technique, un… « Abcès de fixation ».

 

1985. La hauteur d’eau de la retenue, bourrée d’alluvions, se réduit. Le lac devient une « cressonnière » envahie d’herbiers. Les pêcheurs financent encore une fois son curage et la construction d’un système de vidange appelé « moine ». Avec leurs deniers ils financent aussi un seuil de partage des eaux, au moulin de Bayard, sous la Coustière, à Sault, pour mettre en eau l’écluse favorable au grossissement des truites, en accord avec le propriétaire, Mr Nouvène.

La DDA délègue un ingénieur, Mr Jacob, pour la réalisation. C’est aujourd’hui à l’abandon. Vidange du lac : 1500 kg de poissons parasités par l’Argule sont récupérés et offerts aux sangliers. (Maladie : Argulose).

 

1986. Le lac restauré est mis en réserve une année entière. Création de l’AULN, Association 1901 des Usagers de la Nesque par les pêcheurs et quelques propriétaires riverains.

1987. Réouverture de la pêche au lac. 300 pêcheurs présents le jour de l’ouverture.

Depuis 10 ans Fédération et CSP, par pêches électriques et comptages nocturnes, suivent les effectifs de truites et écrevisses autochtones. Résultats record pour le Vaucluse.

 

1987. Crue impressionnantes en avril.

 

1989. Vidange, 1000 kg de beaux poissons récupérés, livrés à des AAPP, dont Apt. Remise en eau du lac vidé, curé.

 

1994. Les 6 et 7 janvier la crue éventre la digue. On se fit une idée des débits qui existaient jusqu’à il y a 10 000 ans. (Fin du périglaciaire du Würm). Réparation, consolidation de la digue.

 

1996. Projet de curage du lac par la Fédération départementale des AAPPMA. Les travaux commencent. Le nouveau Maire de Monieux, Mr Alain Gabert, invalide le Bail. Il arrête les travaux en cours. Sans Bail, l’association des pêcheurs n’a légalement plus d’espace naturel pour y exercer ses missions de gestion de l’eau, des milieux, des poissons et la pêche. L’Amicale des pêcheurs est remplacée par Mr Adam, conseiller municipal, élu responsable de la Nesque.

 

2007. L’Association pernoise « La Nesque propre », intervient de l’amont à l’aval, sur Aurel, sur Monieux… jusqu’à Althen. A Monieux ? Entre autres salutaires actions soulignons l’extirpation des broussailles riveraines de la haute Nesque de 4000 pneus.

   

2010. 2011. 2 professeurs d’Université, Messieurs Cavalli Laurent et Boudenne Jean-Luc, et 5 élèves en hydrobiologie, Eugénie, Olivia, Elodie, David, Jean-Baptiste, de l’Université de Provence, Département Environnement Technologie et Société, étudient exhaustivement la Nesque. Leur mémoire : « Caractérisation Biologique, et Physico-chimique de la Nesque amont ». Il révèle « un cours d’eau très perturbé dans toute sa partie amont », la partie du Pays de Sault.

 

2015. Les pêcheurs, comme les rousseroles, comme la germandrée à odeur d’ail (Teucrium scordium, espèce rare des prairies hygrophiles inondables), etc, ont tous déserté.  

Modernisation des loisirs, autour du lac, cet été 2015 : des piscines et des jeux aquatiques. « On est heureux quand les enfants sont heureux ». Ils l’étaient aussi par le passé en réussissant des fritures de vairons, goujons avec leurs parents.

 

Paradoxe ou logique du marché ?  Cet été la Nesque était à sec sur 50 % de son parcours, ses sources fournissaient, pourtant, conformément à l’arrêté préfectoral, seulement 100 m3 par jour dont celle des piscines du lac et des villas. Servir 100 c’est prélever combien ? 180 ?

Cet été encore, les restrictions et interdictions de certains usages de l’eau domestique pour tous les habitants du Pays de Sault furent consciencieusement respectées. Au niveau des fuites, par contre… Les économies par les interdits les ont-elles seulement compensées ?

Près de la moitié de l’eau prélevée aux sources se perd dans les centaines de kilomètres de conduites trop usées, déformées, cassées. Les restaurer ? N’y aurait-il pas urgence ? Vous pensez « il y a ceux qui causent et ceux qui font ». Ou « qui ne causent et ne font » ? En 2013, à Aix, le thème de la réunion de l’Agence de l’eau RMC avait pour thèmes : Sauvons l’eau. Economisons l’eau ! Prévention des crues. Dossiers. Aides financières. Budget sur 5 ans : 3,65 milliards d’Euros. Présents : une centaine d’élus et associations.

 

 



Réagir


CAPTCHA