La Fac Saint Charles

Peut nous aider


Le vendredi 13 novembre 2009, les professeurs Jean Luc Boudenne & Laurent Cavalli, maîtres de conférence à Faculté St Charles à Marseille, responsables du Master GEMA ( Gestion des eaux & milieux aquatiques ), sont venus, à notre demande,à Pernes les fontaines, présenter leur projet d'étude de la partie amont de la Nesque, devant une assemblée réunissant 34 participants dont le SIAN, et les acteurs de l'eau. Huit communes sur onze, sont représentées, avec Mr Pierre GABERT, Président, Jean Pierre RANCHON et Max Raspail, vices présidents, ainsi que l'ONEMA, la Fédération départementale de pêche du Vaucluse, le Conseil Général, la DREAL, l'Agence de l'eau, Véolia, SIAPEA de Sault, l'Arpe, SMAEMV, UDVN, Syndicat mixte forestier, le CAUE,  les associations : Sorgues Vertes, CME, Chevaliers de l'Onde, Les Amis de la Nesque, la Rassade, Déclic Ventoux, Loisir Environnement.


Voici le résumé de cet exposé :


«  La Nesque est un cours d'eau du Vaucluse, situé dans un bassin versant karstique, occupé en partie par des activités agricoles. Les cours d'eau de grande taille font l'objet de suivis réguliers via des réseaux de surveillance. A l'opposé, les petits cours d'eau souffrent d'un manque de connaissance alors que leurs intérêts sont nombreux. Ils constituent souvent des zones refuges pour des populations animales ou végétales dans des zones où les contraintes liés au climat méditerranéen rendent la vie difficile.


En partenariat avec l'association la Nesque Propre, nous proposons d'établir un diagnostic écologique de la partie amont de la Nesque, sur une distance de 11 km entre la source et la commune de Monieux. De même dans cette zone, des analyses physico-chimiques seront effectuées pour caractériser la qualité de l'eau.


Diagnostic écologique :

Utilisation de l'outil IBGN pour caractériser le peuplement d'invertébrés de la Nesque dans la zone d'étude. Trois prélèvements seront réalisés dans trois stations d'étude localisée le long des 11 km ( emplacement à définir après visite sur site).


Réalisation de transects de végétation sur les trois stations d'étude pour mettre en évidence l'influence et le mode d'occupation du bassin versant sur la dynamique de la ripisylve.


Au cours des opérations de caractérisation des peuplements d'invertébrés et des espèces de la ripisylve, les observations d'autres espèces( amphibiens, oiseaux, poissons, crustacés,..) seront consignées.


Une comparaison avec le peuplement d'invertébrés d'une rivière voisine, le Toulourenc, sera effectué.


Diagnostic physico chimique :


Evolution du profil oxygène, pH, conductivité, température, potentiel d'oxydo réduction sur le linéaire étudié ( 15 analyses).



Analyse des anions et cations majeurs : chlorures, magnésium, calcium, sodium, potassium, carbonates, sulfates et des traces inorganiques : nitrites, nitrates, ammonium, phosphates ( 15 analyses).

Analyse de la teneur en matières organiques dans l'eau ( 10 analyses) et les sédiments ( 5 analyses) : DCO, DBO, COT et Azote total ( Azote NTK et azote total minéral) ;  détermination des spectres UV des prélèvements réalisés ( 10 analyses).


Protocole de travail :


Réalisation d'un IBGN selon la norme Afnor NF T 90-350 sur les trois points d'étude au cours d'une campagne de prélèvement ( mars 2010 à préciser en fonction des conditions météorologiques) et réalisation d'un IBGN sur le Toulourenc. Caractérisation des habitats présents dans la zone d'étude, échantillonnage, tri, détermination et interprétation des résultats.


Réalisation de trois transects de végétation sur les bords du cours d'eau sur les trois points définis pour les prélèvements IBGN . Identification des espèces, représentation graphique, interprétation fonctionnelle.

Comparaison des résultats d'analyses physico-chimiques avec cours d'eau similaire mais non soumis à des pressions anthropiques.

Profil chimique de la qualité intrinsèque du cours d'eau par utilisation du diagramme de Piper.

Discrimination entre matières organiques naturelles et matières organiques anthropiques.


Coût de l'étude : 7500 e  avec une équipe de deux chercheurs, dix étudiants pour une étude de quatre mois.


A la suite de cet exposé, Le SIAN en approuvant unanimement cette initiative, s'est proposé en qualité de collectivité territoriale, de devenir le support de ce projet, ce qui est tout à fait naturel, puisqu'il détient la compétence de l'eau. Le SIAN fait remarquer que son budget annuel ne permet pas de couvrir une telle dépense et qu'il doit faire appel aux subventions de la région , et du Conseil Général. Nous avons alors demandé un effort exceptionnel pour un événement exceptionnel , soit une participation solidaire de 700 euros par commune ; S'il n'est pas ruineux , cet investissement n'a pas été ressenti comme prioritaire .

A 17h30, cette réunion se terminera avec un profond sentiment de déception, mais paradoxalement, pour notre part pleinement satisfait d'avoir mis le doigt, sur un problème majeur, que certains font semblant de ne pas voir : la pollution galopante de nos rivières, chez nous, au pied de nos villages.


Entre, agir aujourd'hui pour demain,  ou agir demain pour plus tard , la Nesque Propre a choisi depuis le début, la premiére solution :  la voie de l'efficacité .




Ajouté le 17/11/2009 par Jean Pierre SAUSSAC - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA