Une belle journée

Au bord de la Cèze

 

Par une météo frisquette, 10° à 15° et un beau ciel de traîne, 25 participants se sont donnés rendez vous le 24 mai,  pour une étonnante échappée, nature et culture, au fil de l’eau, aux confins du département du Gard.

Un programme riche en découvertes  avec quatre sites d’exception : les Cascades du Sautadet, les villages de la Roque sur Céze, Cornillon et Gourdargues.

A notre arrivée, un spectacle captivant nous attendait aux cascades. Après les pluies diluviennes des jours derniers, la Cèze coule, impétueuse, avec un débit voisinant les 200 M3/S au milieu des célèbres marmites du diable noyées dans le tumulte des eaux.  Un paysage minéral de calcaire, buriné par la force hydraulique qui fait du bien à regarder dans la douce lumière du matin.

 

 

Depuis la rive gauche,  nous avons traversé le pont romain situé à l’amont, pour regagner à pied, le village de la Roque sur cèze ; une montée plutôt raide vers la minuscule chapelle en cours de restauration, puis le château à travers les étroites ruelles en calade dont  l’impressionnante «  Rompe cul » avec ses sombres passages voutés sous les maisons en pierre blonde,  toutes bigarrées d’iris, de valérianes, de rosiers grimpants; Il est classé un des plus beaux villages de France.

A quelques encablures de là, Cornillon,  un ancien site fortifié, construit en balcon sur la vallée, nous a tout autant émerveillés. Devant l’église, on était attendu par une représentante de la commune. La présentation historique du village faite, nous voilà repartis flâner parmi les vieilles maisons aux toitures ornées de gargouilles, en passant tout d’abord par la cour du château du XIIème siècle, réaménagée aujourd’hui  en belvédère et en théâtre de plein air ouvert au public. Quel magnifique point de vue tout en couleur sur le pays, notamment Goudargues, qui semble à portée de main…

 

 

Après une matinée bien remplie, direction Goudargues pour le verre de l’amitié et le déjeuner au restaurant la Galantine. Une pause gourmande et un moment fort de convivialité qui vont nous requinquer pour la suite….

Comme convenu, Mme Chantal Bejuit nous attendait au rendez vous, à 15h précise devant le restaurant.  Guide conférencière, elle nous a accompagnés une bonne partie de l’après midi pour nous dévoiler quelques secrets de ce village surnommée si justement  «  la Venise gardoise ».  Un lieu paisible fortement marqué par la présence de l’eau jaillissant de huit sources dont la principale, une résurgence cachée, derrière l’école, toutes drainées avec de multiples canaux creusés autrefois par les moines bénédictins.  Sur la place principale, le gargouillis de la fontaine moussue qui résonne à l’abri des platanes centenaires nous indique un petit chemin, planqué entre les maisons ; notre périple  serpente vers les jardins fleuris soigneusement alignés, avec au passage un vieux lavoir, une noria, et en toile de fond une bâtisse de caractère, ancienne magnanerie où on faisait l’élevage des vers à soie.

En quelques foulées, c’est le retour par les bords de la Céze,  vers l’ancien moulin à blé, l’imposant lavoir communal, l’église Saint Joseph du XVIIIème, la salle capitulaire, et  les canaux……

 

Tout le reportage photos  en cliquant : ICI

 

 



Ajouté le 31/05/2013 par Jean Pierre Saussac - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA