Quelle virée .....

 

Au cœur du pays cévenol

 

Après Le château de Vizille en 2011, les sources de la Loire en 2012, nous venons d’effectuer cette année, un voyage riche en découvertes. Il nous a conduits dans le Massif du Mont Aigoual : deux journées inondées de soleil qui ont enchanté les 27 compagnons.

Le Samedi 31 Août, nous sommes partis à la fraiche, direction, Nîmes puis le Vigan, pour atteindre le causse de Blandas, un paysage minéral de calcaire et de garrigue, teinté des floraisons tardives. Une première halte au belvédère flambant neuf avec une vue plongeante sur le cirque de Navacelle, site grandiose  formé par la Vis. Un panorama à couper le souffle avec à l’aplomb, le minuscule hameau de Navacelle et sa cinquantaine d’habitants, le lieu idéal choisi pour déjeuner au bord de l’eau, proche de la cascade.

L’après midi, on est reparti pour une traversée sinueuse du parc naturel des Cévennes, dans un paysage de fougères et de châtaigneraies, en passant par le village de l’Espérou, pour rejoindre Meyrueis. Ravissant petit village médiéval de 882 habitants situé entre les contreforts du Mont Aigoual au sud et le Causse Méjean au Nord , il fut le terme d’une journée bien remplie.

Dimanche 1er Septembre, 10h du matin, direction l’Abime de Bramabiau, pour parcourir la rivière souterraine du Bonheur. Une randonnée de 15 minutes qui nous a menés au pied de la résurgence et de l’entrée avec une diaclase multicolore d’humidité et de mousse, haute d’une centaine de mètres. La visite guidée nous a fait découvrir un site étrange et singulier puis pénétrer une heure durant dans une échancrure majestueuse façonnée par l’eau ; une découverte fascinante dont Edouard Alfred Martel eut la primeur (à la bougie !!!) le 28 juin 1888.

Après une délicieuse omelette aux cèpes, retour par l’Observatoire du Mont Aigoual (diminutif de Aigue = Eau), à 1565 m d’altitude, sommet le plus venté de France avec 300 jours de vent annuel (sans vent ce jour là). La visite de l’exposition estivale du Musée météorologique, accompagnée des réponses pédagogiques d’un spécialiste du site nous a fait le plus grand bien, surtout à Hugo, 11 ans, notre plus jeune équipier, qui a du en raconter des choses,  le soir en rentrant du bout du monde …..

 

Tout le reportage photos en cliquant : ICI



Ajouté le 11/09/2013 par Jean Pierre Saussac - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA