A Méthamis comme ailleurs

Une pollution programmée

 

Méthamis, 382 habitants, village de caractère niché dans le paysage minéral des Gorges de la Nesque au piedmont du Mont Ventoux, est baigné par une rivière atypique, torrentielle, surnommée par nos anciens «  Anesca » ou la ravageuse. En surface, c’est une rivière de pierres calcaires, sans eau ou presque à part quelques petits griffons qui dégoulinent au milieu des cailloux ; Le cours d’eau enchâssé d’une ripisilve de chênes verts centenaires  coule en souterrain dans une formation géologique appelée " Karstique" pour se perdre dans les arcanes du sous sol vauclusien. On sait moins qu’elle est le principal  affluent  de la Fontaine de Vaucluse,  avec une deuxième confluence, dans la Sorgue de Velleron, au pont de Capelly sur le territoire de Pernes les fontaines.

Dans un souci de préservation de l’environnement, le Syndicat des eaux Rhône Ventoux vient de procéder à des travaux de conformité sur l’ancienne station d’épuration de Méthamis située sous le village, rive gauche à l’aval du pont de la Nesque .C’est un ouvrage de type conventionnel construit dans les années 70 avec une capacité de traitement de 450 équivalents habitant.

 En janvier 2014, un nouvel ouvrage dit  « traitement tertiaire »  a été installé pour répondre aux exigences de qualité. Les travaux achevés au printemps 2014 sont à ce jour en attente de réception ; ils  représentent un cout de 72470 e HT co financés par l’Agence de l’eau pour un montant de 21741 et le Conseil Général du Vaucluse pour une somme identique. Le reste étant à la charge de la commune répartie sur les usagers.

Le SMERRV est le maitre d’ouvrage ; Le cabinet TRAMAY, ingénieurs conseils, à Pertuis en est le maitre d’œuvre. Le Génie civil a été confié à l’entreprise Gasnault BTP ; la partie équipements électromécaniques a été attribuée à l’entreprise MICHELIER.

Le jeudi 25 septembre 2014, je me suis déplacé à Méthamis, pour rencontrer Mr Claude Pages, Maire de la commune et faire ensemble un point de la situation. La station est conforme en équipement ; l’est elle tout autant en performance de traitement des eaux usées ?

 Voici notre état des lieux : Il est indéniable que cette nouvelle installation d’urgence a apporté des améliorations ; les trois bassins successifs du traitement tertiaire que l’on peut distinguer sur la photo, fonctionnent en apparence correctement et prouvent bien la fiabilité du système mis en place lorsqu’il n’y a pas d’intempéries. Par contre, dans le lit de la Nesque, au niveau du déversoir fraichement faucardé, tout autour, on constate un cloaque tapissé d’une belle couche de matières. Le responsable de cette pollution organique est le by pass du système d’assainissement qui se trouve en tête de station. Faute d’avoir programmé la construction d’un bassin tampon d’orage, la STEP dégaze à tout va dans le lit de la Nesque à chaque épisode pluvial. L’explication est très simple : Les eaux parasites  collectées dans le réseau pluvial du village filent dans le collecteur des eaux usées pour former un volume si important qu’elles sont automatiquement  dérivées dans la Nesque via le by pass.

Ici comme dans tous les villages et villes de France, les services administratifs de la DDT (Direction départementales des territoires) valideront la conformité de l’équipement et la conformité en performance, sous couvert de l’arrêté ministériel  scandaleux du 22 juin 2007, rédigé par les «  experts » du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

La station d’épuration sera ainsi classée aux normes….

Comprenne qui voudra

Ce scénario, nous l’avons développé en détail dans notre rapport « Les rejets directs des eaux usées via les by pass des stations d’épuration dans les cours d’eau ; Une pollution autorisée ? Peut-on y remédier » publié le 10 Décembre 2013 où nous présentons des solutions simples et fortes. Nous avons eu l’honneur de le remettre, en main propre à Mr Martin Guespereau, Directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Alpes Méditerranée Corse lors du Colloque de l’eau à Lyon, le 29 Novembre 2013.

Dernièrement, nous avons eu le plaisir de l’offrir à Mr Jérôme Bouletin, nouveau Président du SMERRV.

Pour le lire ou le relire : Cliquez ICI



Ajouté le 28/09/2014 par Jean Pierre Saussac - 1 réaction

Les réactions

Avatar buralli

c'est une honte..une de plus.y en a marre..

Le 13-10-2014 à 22:03:50

Réagir


CAPTCHA