Association loi 1901 N° 0843005161, enregistrée à la Sous Préfecture de Carpentras le 3 décembre 2007. L'association a pour objet, la protection de la riviére la Nesque, la lutte contre toutes les formes de pollution de ce cours d'eau, la sauvegarde de son environnement , la préservation des espaces naturels.

Avec une météo au beau fixe, en ce dimanche matin 26 Février 2017,  le paysage des Gorges de la Nesque est baigné des premiers rayons du soleil ;  les falaises calcaires s’illuminent graduellement comme un lever de rideau ; comme à chaque séquence de beau temps,  ce site est la  destination dominicale privilégiée  pour de nombreux citadins en quête de nature mais aussi pour de nombreux touristes venus de très loin pour admirer cette merveille du Mont Ventoux.

Chaque fois, par tous les temps, chacun d’entre nous est  touché devant une telle beauté.

Ici, on est au cœur d’un réservoir de biodiversité unique du bassin versant de la Nesque, au cœur d’un site géologique d’exception sculpté depuis des millions d’années,  au cœur du premier site de paléontologie de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, au cœur d’une myriade d’ avens, au cœur d’un patrimoine d’exception .

Nous sommes dans un corridor biologique classé  Natura 2000,  où poussent de nombreuses espèces botaniques rares,  où volent les oiseaux,  l’aigle royal,  le vautour, le faucon pélerin, revenus depuis peu  et tant d’autres, où nichent passereaux, rapaces…

Certes, c’est  un vecteur pour l’économie locale avec de nombreux emplois induits ; C’est aussi une pression touristique avec des pics de fréquentation en période estivale et ses effets : les motos trial, les quads qui roulent sur les chemins de randonnées  sans être inquiétés,  les motos qui prennent les Gorges pour un circuit de vitesse….

Savez-vous que le survol et le sous-vol intempestif des Gorges, par les avions de l’Armée de l’air, les hélicoptères, les avions des clubs amateurs ne sont plus soumis à autorisation préfectorale depuis août 2015.  Cette déréglementation est  un scandale.

Pour l’anecdote, une tyrolienne a été installée  en travers des Gorges de la Nesque ! Savez vous qu’elle attend depuis des années d’être détruite.

Ce dimanche matin, Nicolas Ughetto, planqué à l’affut, suit dans le ciel, le ballet de l’aigle royal ; Il  va être le témoin d’une scène incroyable que nous dénonçons ……

 

En face de lui, deux jeunes " Hommes volants " s’affairent pour se jeter dans le vide ….

La France est « championne » de la mortalité en base jump derrière les Etats Unis.

 

Les Gorges de la Nesque vont-elles devenir un manège ?

 

Nicolas Ughetto raconte : CLIQUEZ ICI

 

 

Photos de Nicolas Ughetto

 

 



Ajouté le 02/03/2017 par Jean Pierre Saussac - 3 réactions

 

 
Les trois sites témoins du film  :
 
1 - Pont submersible au Chemin de l'Isle
 
2- L'écluse de St Barthélémy
 
3- Les Coudoulets : Pont-rail SNCF

 



Ajouté le 26/11/2016 par Jean Pierre Saussac - 1 réaction

 

 

La station d’épuration de St Didier (Vaucluse) est-elle morte ?

 

Lundi 19 septembre 2016, alerté par des promeneurs et usagers du chemin de l’Isle à Pernes les fontaines, à proximité de la station d’épuration de St Didier, l’aspect et l’odeur de la Nesque étant épouvantables, le Collectif «  Eau secours «  s’est rendu sur site à 17h.

Depuis quelques jours, une activité fébrile règne sur ce lieu pour tenter de faire fonctionner correctement la station d’épuration : mobilisation de puissantes grues capables de soulever et d’extraire les modules membranaires, utilisation de camions pompes d’Astrée Provence (filiale de Suez Environnement) pour aspirer les agglomérats d’excréments dans le Barbara et la Nesque, lessivage quotidien des membranes à l’acide chlorhydrique ( rejeté dans la Nesque !), mobilisation de personnel important.

Depuis son lancement fin décembre 2011 et début 2012, cette station dont le SMERRV est maitre d’ouvrage, le Cabinet Merlin, maitre d’œuvre,  n’a jamais fonctionnée correctement et les différents choix techniques et financiers se sont révélés calamiteux : Ce type de station pour 4200 équivalent habitants, a été conçue, conseillée et choisie par des amateurs.

L’inertie et l’immobilisme perdurent :

Délivrance comme si de rien n’était des permis de construire par les services de l’urbanisme des communautés de communes «  Les Sorgues du Comtat » pour Pernes les fontaines ( St Philippe) et «  La COVE » pour les communes du Beaucet, et St Didier.

Le SMERRV affirmant haut et fort que la station fonctionne et qu’on peut se raccorder sans souci au collecteur des eaux usées : Les services préfectoraux validant ensuite les permis de construire comme si tout allait bien !

Réflexion lente et délai de réaction long du SMERRV : on attend depuis des années, le recrutement d’une compétence technique interne capable de dialoguer avec la Lyonnaise des eaux, gestionnaire.

Acharnement des élus à maintenir cette station malgré le gouffre financier et l’impossibilité technique à obtenir un résultat satisfaisant. La STEP risque probablement de coûter le double du prix initial de 2 966 080 € TTC.

Dès le départ, les dysfonctionnements de la station avaient été prévus par l’analyse de Mr Jean Ronze, Ingénieur spécialiste des Stations d’épuration, Président des Chevaliers de l’onde, confiée à Mr Rechu , technicien de la SDEI, lors de l’inauguration en grande pompe, le 8 Juin 2012 «  La STEP, telle qu’elle est conçue , ne fonctionnera jamais sans tertiaire indépendant avec bacs à nettoyage des modules membraneuses : le système de retro-lavages automatiques qui équipe la nouvelle STEP est inadapté et voué à l’échec ».

A votre avis qui va payer ?

Mr le Préfet, Mr le Sous-Préfet, Mr le Directeur de l'Agence de l'eau Rhône Alpes Méditérranée Corse, Mr le Président du SMERRV, Mr le Directeur de la DDT du Vaucluse, Mr le Directeur de l’Agence régionale de la Santé, Messieurs les maires des communes du Beaucet, St Didier, Pernes les fontaines, Mr le Président des «  Sorgues du Comtat, Mr le Président de la «  COVE » , combien de milliers de M3 de merde vous faudra t-il dans le Barbara et dans la Nesque pour vous  décider à  agir et faire cesser cette GABEGIE ?

Le Collectif «  Eau secours »

Les usagers de St Philippe à Pernes les fontaines

Les usagers de St Didier

Les usagers du Beaucet

L’association ADUEA de Pernes les fontaines et des communes proches

L’association  "  La Nesque propre "

 

Pour découvrir  notre pensée le 14 Juillet 2012 : CLIQUEZ ICI

 

Préfecture du Vaucluse

Récépissé de déclaration  du 29 septembre 2016,concernant les travaux de nettoyage de la Nesque suite aux dysfonctionnements de la station d'épuration de St Didier : CLIQUEZ ICI



Ajouté le 21/09/2016 par Le Collectif - 3 réactions

Du viaduc SNCF à Pernes les fontaines

 

La mise en service en 1898 de la liaison ferroviaire d’Orange à L’Isle sur la Sorgue a été un vecteur du développement  économique du département de Vaucluse. La concession du transport des voyageurs et des marchandises fut attribuée à la Compagnie des chemins de fer de Paris et Lyon, plus communément appelée PLM.

Pernes les fontaines, avec sa gare pimpante, a connu sa période de gloire avec  le transport des voyageurs jusqu’en 1938 et  le transport des marchandises jusqu’en 1985 à raison de deux dessertes quotidiennes, une du matin, l’autre du soir. Après avoir été géré par RFF (Réseau ferré de France) jusqu’en 2014, la SNCF en est devenue le maître d’ouvrage depuis 2015, dont le tronçon en friche de sept kilomètres depuis Carpentras.  Cette ligne comportait de multiples ouvrages remarquables, avec le viaduc qui enjambe la Nesque au Sud de Pernes.

 Aujourd’hui, vu de loin, celui-ci a toujours fière allure ; sauf que vu de dessous, on constate un état de délabrement avancé. Construit en acier  « puddlé », type d’acier utilisé de 1850 à 1900, sa structure était assemblée, renforcée par des rivets forgés sur place du même schéma de construction que la Tour Eiffel : c’était du costaud. Sa fonction était double : franchir la Nesque, et décharger les matières en vrac des wagons trémies (céréales, sel, charbon, engrais, ciment, sable etc..) par les sas du quai de déchargement situé sous le  viaduc dans le lit moyen de la rivière.

Le mercredi 13 juillet 2016, en début de soirée, nous nous y sommes rendus pour un examen visuel : son état d’abandon depuis de nombreuses années laisse paraître des fissures de fatigue et une corrosion telle que le pire est à craindre : son effondrement pourrait survenir à tout moment.

A hauteur de deux poutrelles transversales  supportant les sas de déchargement, on perçoit un point de rupture prononcé avec de l’acier rouillé dégradé en feuilletage. Plusieurs centaines de tonnes de ferrailles vont se retrouver demain dans la Nesque, dans un territoire où le risque inondation est avéré fort.

A l’aval immédiat, la morphologie du cours d’eau a été  profondément mutilée  par les remblais déversés par  des promoteurs immobiliers cupides et des propriétaires riverains insouciants, multipliant ainsi les facteurs de risques.

En ce moment de période estivale, c’est le terrain de jeux des enfants ; il l’est aussi des pêcheurs.

La mémoire de l’eau devrait nous rappeler à l’ordre.

Il y a urgence, agissons

 


 

Lecteur mp3

 

Aux infos de 9h du Journal de France Bleu Vaucluse , 

samedi 23 Juillet 2016

 

 



Ajouté le 22/07/2016 par Jean Pierre Saussac - 2 réactions

Les bassins versants de la Nesque, du Calavon

dans une situation " préoccupante "

 

Conséquence d’un régime pluvio- nival déficitaire, la sécheresse s’est installée depuis plusieurs mois dans le Vaucluse et plus particulièrement dans le Sud du département qui vient d’être placé en alerte sécheresse.

C’est l’une des périodes les plus sèches jamais enregistrées depuis 50 ans dans le département . Tout le Sud du Vaucluse est touché, plus particulièrement les bassins versants de la Nesque (Sault, Pernes les fontaines, Venasque, le Calavon amont ( Saint Martin de Castillon), le Calavon médian ( Apt, Gordes, Bonnieux , Cavaillon), le Sud Luberon ( Cadenet, Puget, Villelaure, Lourmarin).

Le jeudi 7 Juillet 2016, le débit de la résurgence de la Fontaine de Vaucluse était au plus bas avec 6,078 M3/seconde.

Mr le Préfet du Vaucluse vient de prendre un nouvel Arrêté préfectoral  avec des restrictions d’eau :

  • Interdiction d’irriguer, sauf micro aspersion,
  • d’arroser les pelouses,
  • de remplir les piscines,
  • de laver sa voiture à la maison de 9h à 19h.

Chacun doit faire preuve de civisme pour économiser l’eau et réduire son usage.

Pour découvrir l’Arrêté préfectoral du 7 Juillet 2016 : CLIQUEZ ICI



Ajouté le 10/07/2016 par Jean Pierre Saussac - 0 réaction

Page précédente    1 2 3 4 5   Page suivante