Pour un cycle de l'eau.... intelligent

 

Les éléves de l'école de Saint Didier avec les techniciens

 

Si l’ancienne STEP de St Didier a incarné durant des décennies, la pollution des eaux du Barbara ,de la Nesque, de la biodiversité, la commune vient de se doter  d’un nouvel  instrument  performant de traitement des eaux usées après de longs mois de travaux.

 

Inauguré le vendredi 8 juin 2012, à 11 h par Mr  Gilles Véve, maire de St Didier accompagné de son conseil municipal, Mr Hélen Adam, président du Syndicat mixte des eaux Rhône Ventoux et Mr Max Raspail, Conseiller Général,  cet outil vital de dépollution répond doublement aux besoins pour le respect de la nature, et aux attentes des riverains.

 

Mis en service en janvier 2012, il permettra également d’un commun accord entres les communes de St Didier et Pernes les fontaines, d’en faire bénéficier une partie des habitations pernoises, riveraines de St Philippe, , prochainement raccordées.

 

 La cérémonie s’est déroulée en présence des représentants des associations, avec France Nature environnement 84, la Fédération départementale de pêche,  les Ecoles d’Olivia, La Nesque Propre, les Chevaliers de l’onde,  etc…

 

Pour rappel, une nouvelle technologie de traitement par le procédé des membranes  a été retenue ; Une solution couteuse pour les abonnés,  lucrative pour le gestionnaire de l’ouvrage, choisie unilatéralement par la commune, qui promet de très belles performances tout en étant adaptable  à une progression démographique.

 

De l’ancienne STEP, il ne reste que la tour ronde ; elle a été réaménagée en bassin de secours afin de servir d’assurance vie au ruisseau, en empêchant par temps d’orage le déversement direct des eaux pluviales parasites mélangées au collecteur des eaux usées, via le by - pass.  Vu la configuration du réseau pluvial du  village,  l’avenir nous dira si  le cabinet d’étude,«  Merlin », concepteur de l'ouvrage, a  vu juste.

 

Grace à l’opération portes ouvertes, deux classes de l’école de St Didier, casques sur la tête, mais aussi le public du village et des alentours, ont pu l’après midi visiter les lieux et suivre les explications pour comprendre les différentes étapes de l’assainissement de l’eau usée.

Dans un futur proche,  la plantation d’un écran de verdure pour masquer l’édifice  en béton,  devrait adoucir la perspective de l’entrée du village.

 

Si aujourd’hui, le ruisseau du Barbara coule propre avant et après le village, il est à espérer que la commune de Pernes qui voit  musarder une rivière plus pure, s’inspirera de cet exemple pour entreprendre les travaux nécessaires  sur sa station d’épuration afin que la rivière qui s’étire souillée vers la sorgue de Velleron , soit digne de la zone remarquable Natura 2000 pernoise qu’elle traverse.

 

Dans ces deux cas de figures, une concertation publique préalable, coordonnée avec les associations concernées, en apportant un véritable arbitrage pour des solutions pertinentes, économiques,  aurait été et sera la meilleure réponse pour l’intérêt général.



Ajouté le 14/07/2012 par Jean Pierre Saussac - 2 réactions

Les réactions

Avatar Vincent Royer

J ' ai toujours constaté dans mes comparaisons que les instalations de phytoépuration ne s'avéraient pas plus coûteuses que ses filtres et pourtant , entre 10 à 100 fois plus éfficaces que les classiques .

Le 24-07-2012 à 17:50:05

Avatar Jean Pierre Saussac

Très mal informés et conseillés , les maires ignorent les avantages de la phytoépuration. Sur 151 communes que compte le département du Vaucluse, celles qui ont choisi cette technologie se comptent sur les doigts d'une seule main !!!!!
Alors que paradoxalement, notre région est riche en entreprises spécialisées en la matière.
L'association des maires du Vaucluse a du pain sur la planche !!!!

Le 27-07-2012 à 14:46:24

Réagir


CAPTCHA