Une carrière sauvage dans un site naturel

Au bord de la Nesque à Malemort du Comtat

 

Quand on passe à Malemort du Comtat pour se rendre à Méthamis, on est tout de suite imprégné de sensations fortes, de sérénité,  de calme à la vue des paysages naturels, des couleurs  du ciel et de la terre ; on aime  le câlin des parfums des bois dans la fraicheur matinale  de la brise de pente. Ici, on est entouré de nature.

 Depuis les Gorges de la Nesque à Méthamis jusqu’à Malemort du Comtat,  la Nesque se reconnaît à son cordon rivulaire de chênes pubescents,  enchâssé dans une plaine alluviale. C’est un corridor vital  pour la circulation des espèces. En surface, c’est une rivière de pierres ponctuée  sur ses flancs de sources au milieu des cailloux (Lombarde, Unang, Morel, Roubaude, etc.). À faible profondeur, elle coule souterraine, tranquillement  dans les arcanes du système karstique. De part et d’autre, sur les hauteurs, une mosaïque de cultures en vignes, oliviers, truffiers, s’étale  en terrasses sur les contreforts des massifs.

 

Depuis 2015, en partenariat avec le Conseil départemental de Vaucluse, nous avons accompagné de nombreuses sorties  découvertes des espaces naturels sensibles du département, dont celui du Défend et de Périgrine sur la commune de Venasque.

De ce fait, nous avons été témoins de l’ouverture d’une carrière sauvage  à la jonction des périmètres communaux  de Venasque, Malemort du Comtat, Blauvac , Méthamis , à la frange Nord de l’ENS du Défend & Périgrine, rive gauche du cours d’eau et classé zone humide.

Renseignement pris, cette carrière est située en Zone d’Intérêt Biologique sur la commune de Malemort du Comtat et s’interpose entre deux ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt écologique  faunistique et floristique), la Nesque et son cordon boisé d’une part, le versant situé entre la combe du diable et le ravin du défend, dont la partie basse est en cours d’exploitation, d’autre part. À notre connaissance, elle n’a fait l’objet d’aucune déclaration ni autorisation. La surface cadastrale  est de 8750 m2, la surface exploitée couvre environ 6500 m2. L’entreprise qui n’est pas propriétaire du lieu, creuse la plaine alluviale sur un front de taille de 0,50 à 3m de hauteur  pour extraire la terre constituée d’alluvions et de colluvions  et la commercialiser. En même temps, elle est devenue une décharge sauvage avec l’apport de déchets du bâtiment pour remblaiement.  Les effets sont inquiétants pour le sol et les milieux : tout le secteur est fragilisé, les risques de déstabilisation et d’érosion  sont amplifiés avec une forte probabilité de glissement de terrain et torrent de boues en cas d’intempéries.

Les communes concernées citées ci dessus, le SIAN (Syndicat Intercommunal d’Aménagement de la Nesque), les communautés de communes, les services de l’Etat ont été alertés.  Nous avions alors  rencontré Mr le maire de Malemort du Comtat. De son côté, France Nature Environnement Vaucluse  avait adressé par courrier une lettre à Mr le maire de Malemort du Comtat, ainsi qu’au propriétaire pour  les informer de l’illégalité  et  des sanctions prévues par la loi.

A ce jour, toutes nos démarches  sont restées vaines.

L’étude faunistique du périmètre immédiat et rapproché du site vient d’être réalisée par  Jean- Marin Desprez, naturaliste à FNE 84.  93 espèces ont été identifiées. Le rapport  finalisé le 31 Août 2017  nous dit ceci en conclusion :

« La poursuite de l’activité d’extraction se traduirait par plusieurs types d’impacts environnementaux :

- le maintien et l’aggravation de l’érosion par ruissellement du versant Sud, déjà fortement déstabilisé.

- la poursuite de la destruction de milieux arborés, herbacés et buissonnants d’intérêt écologique, abritant des espèces de valeur patrimoniale.

- des perturbations portant atteinte aux espèces patrimoniales, voire des destructions directes d’individus.

Les enjeux se rapportant à ces espèces, et au-delà, la qualité des habitats et la diversité de la faune qu’ils abritent, nécessitent une préservation du site vis-à-vis de toute atteinte nouvelle à l’environnement. »

 

 

 

Le reportage réalisé par France Bleu Vaucluse

le 18 Septembre 2017:

 CLIQUEZ ICI



Ajouté le 08/09/2017 par Jean Pierre Saussac & Jean-Marin Desprez - 10 réactions

Les réactions

Avatar Daniel Jean

Je suis prêt à soutenir votre action
Faite une manifestation annoncée par les médias
Il ne faut pas rester inactif face à ce pollueur

Le 09-09-2017 à 14:25:04

Avatar jean Ronze

Il faut alerter Monsieur le Prefet, la DDT qui autorise celà ainsi que l'ONEMA et aussi Monsieur le maire de la commune .

Le 10-09-2017 à 10:15:39

Avatar joelle bauer voconces environnement

Bonjour Jean Pierre

il y a quelques années nous avons eu le cas a Entrechaux en bord d'ouveze, nous avons eu la change de asser au moment ou un camion déchargeait, avec l'immatriculation nous avons pu déposer plainte à la gendarmerie l'entreprise de Vaison très connue a été verbalisée, mais malgré tout cela nous n'avons pas réussi à faire enlever ce qui avait été jeté.
La DDT s'étant restructurée il faudrait peut-être la saisir.
D'accord pour un soutien;
bonne journée
Joelle Bauer

Le 10-09-2017 à 11:08:16

Avatar Denis Lacaille

1. Bravo pour le dossier constitué, texte+cartes+photos!
2. Situation scandaleuse étant donné le nombre de démarches effectuées, sans résultat.
3. Quelle action forte mener? On se rend en force à la permanence du maire de Malemort? J'en serait! Je connais bien le lieu, l'ENS et les gorges, j'y ai accompagné un groupe en juin dernier avec l'association Volubilis.

Le 11-09-2017 à 19:08:34

Avatar christine raynaud

Il faut agir vite pour arreter rapidement cette dégradation de site naturel !
dans un premire lieu, il faut passer l'information par tous les moyens pour que ce vandalisme soit stopper.
Moi de mon côté je passe l'information, j'espère que toutes les personnes qui sont sensible à ce fléau font faire de même.
Plus nous sommes nombreux, plus notre action va aboutir.

Le 12-09-2017 à 13:17:51

Avatar ALAIN AUBAUD

Bonjour J.P.
Je pense qu'il fraut faire intervenir la presse, et d'autre part porter plainte.
Tu peux le faire au titre de la Nesque Propre.
S'il faut faire une manif devant cette décharge, je suis partant, mais il faut que la presse soit présente.
Alain

Le 13-09-2017 à 13:39:46

Avatar Gilbert Lantin

Une manif avec la presse pourrait faire réagir les pouvoirs publics et sensibiliser l'opinion public  !

Le 13-09-2017 à 13:59:02

Avatar régis jastrzebski

Une honte absolue!
Une carriere et logiquement une ICPE et à ce titre à des devoirs, des obligations et une réglementation à appliquer.
En tant que bureau d'études environnemental, je suis avec la Nesque Propre, disposé à alerter la DDT et la préfecture afin de mettre fin à ces agissements.
Je suis à votre dispostion.
Régis JASTRZEBSKI
Président d'AZUR Fluides

Le 15-09-2017 à 10:27:12

Avatar Jean Pierre SAUSSAC

Bonjour à tous,
Merci pour votre mobilisation et votre soutien.
Pour info, nous avons déposé une réclamation auprés de la DDPP 84 ( Direction départemantale de la protection des populations) à l'encontre de l'auteur de la carrière sauvage.
Nous demandons :
1- l'ouverture d'une enquête
2- la fermeture de la carrière
3- la promulgation  d'un arrêté préfectoral interdisant toute activité d'extraction de matériaux d'alluvions et colluvions.
4- le controle régulier du secteur par les services de la DDPP 84
5- la remise en état du site avec l'enlévement des décharges sauvages constituées de remblais comportant des déchets de construction , de déconstruction du bâtiment et des travaux publics.
Nous attendons les résultats de l'action de la DDPP 84
Merci
Jean Pierre Saussac
 

Le 15-09-2017 à 15:10:29

Avatar Ann RADCLIFFE

Merci Monsieur Saussac et encore une fois un grand BRAVO pour vos actions et surtout pour votre rigueur. J'espère que nos "édiles" prendront enfin conscience de ce problème récurent dans ce département. Il n'est hélas pas le seul ici.
Mais, si je puis vous être utiles, vous pouvez compter sur moi pour votre action.
Ann

Le 17-09-2017 à 13:38:51

Réagir


CAPTCHA